Les vieilles baskets de Marty McFly

Ah ! Retour vers le futur ! La Delorean ! Doc Brown ! Et les vielles baskets de Marty McFly ! J’ai adoré cette trilogie.

Le film

Le jeune McFly vit en 1985 à Hill Valley, une petite ville des Etats-Unis. On ne peut pas dire que lui et sa famille soient au top de l’échelle sociale. Son père est d’ailleurs martyrisé par Biff Tannen. Seuls échappatoires à sa vie qu’il juge médiocre, sa petite amie, Jennifer Parker, le rock’n roll et un vieil ami assez étrange, le Docteur Emmet Brown.

Suite à un concours de circonstance, Marty se retrouve propulsé en 1955 grâce à la DeLorean modifiée en engin à voyager dans le temps par le Doc. Complètement décalé, il se retrouve à l’époque où ses parents avaient son âge, et bien sûr, il les croise (et même plus). Il doit alors trouver comment regagner son époque. Mais dans le même temps, il doit régler les paradoxes temporels qu’il a engendrés à cause de sa visite dans le passé. Le film est drôle et il fonctionne toujours.

Dans les épisodes suivants, le II et le III, Marty et Doc se retrouvent d’abord en 2015 pour sauver la descendance de Marty, puis en 1885 suite à un autre concours de circonstances.

Ce qu’il ya de génial dans cette trilogie, ce sont les références perpétuelles au cinéma. Le numéro 1 est quasiment un hommage au docteur Jerry et mister Love de Jerry Lewis. On retrouve aussi des éléments empruntés à Stanley Kubrick à Star Wars ou a Star Trek. La musique du premier opus reprend non seulement des morceaux très célèbre, mais Marty joue également de la même façon, derrière la tête, comme Jimi Hendrix, ou en sautant comme un canard, le duckwalk, cher à Chuck Berry d’abord et Angus Young ensuite. Même le hangar dans lequel il atterri en 1955 est une référence puisque la famille s’appelle Peabody, pour le dessin animé « Mister Peabody et Sherman : les voyages dans le temps. »

En bref, cette trilogie est devenue culte au fil du temps, et on comprend mieux pourquoi.

Les fameux Cortez de Marty

Si vous vous rappelez bien, Marty McFly ne se déplace qu’en skate board, et il chausse toujours ses fameuses baskets Nike Cortez Basic Leather. Et bien aujourd’hui, on peut retrouver ces baskets en vente, neuves. Au même titre que le skateboard, ces vieilles baskets sont des reliques que la marque au swoosh remet au goût du jour. De quoi agrandir ma collection d’objets de films cultes.

Et j’attends d’ailleurs avec impatience la sortie du skate board sur coussins d’air que l’on peut voir dans retour vers le futur II. Des scientifiques viennent de tester le premier prototype et il doit entrer en commercialisation dans l’année à venir comme le précise cet article. Bon, dans un premier temps, on ne pourra l’essayer que sur du métal, mais je ne désespère pas. Il viendra un moment où le déplacement en skate volant, même sur du bitume sera monnaie courante…

Mais pour l’instant, je vais me contenter de ces baskets qu’on peut trouver aux USA sur Ebay à cette adresse à partir de 50 $ (environ 40 euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *